ERP

Déploiement d'un système ERP chez Michelin

Virginie Poujol08/06/2020
Interview Michelin sur l'ERP

1ère partie de l’interview de Philippe GIRARDIN, manager du programme OPE (Optimisation des Process et de l’Expérience) pour le groupe MICHELIN, réalisée le 29 janvier 2020 dans les locaux parisiens de COSMO CONSULT France.

Pourquoi déployer un nouveau système ERP

Notre programme OPE a été envisagé dès 2010 pour répondre à un besoin de standardiser l’ensemble des systèmes d’informations afin de :

  • Faciliter et accélérer le reporting via une traçabilité et transparence accrue.
  • Réduire des coûts de maintenance des logiciels de gestion.

Notre entreprise industrielle s’est construite à des vitesses différentes, au gré de ses marchés, des besoins de ses usines, d’acquisitions, en s’étendant depuis la France, en Europe, puis aux Etats-Unis, en Amérique du Nord et du Sud, en Asie…

La priorité a longtemps été donnée aux usines qui font notre fierté, écoulant leurs productions via des agences commerciales locales.

Mais la pression concurrentielle sur nos marchés, notamment en Amérique du Nord et Europe qui constituent 70 % du chiffre d’affaires du Groupe, nous a amenés à revoir notre organisation digitale, constatant que :

  • Les systèmes d’information nord-américains et européens étaient vieux de 30 ans.
  • 35 systèmes ERP différents coexistaient plus ou moins bien au travers le monde.
  • Nos agences avaient besoin d’outils modernes pour piloter leurs activités (supply chain, logistique, stocks, gestion des commandes), leurs systèmes locaux étant plus ou moins maintenus et compatibles avec le Core model du groupe.
  • Nous pouvions espérer des gains de part de marché au Brésil et dans des zones business de croissance (ZBC) – Asie, Chine, la Thaïlande, l’Inde..., à condition de bien manager nos ressources locales.

Avant de parvenir à la version mature du programme OPE tel qu’on le connait aujourd’hui, nous nous sommes posés de nombreuses questions :

  • Fallait-il implémenter un seul et même système ERP partout dans le monde ? De façon un peu caricaturale, nous imaginions que notre Direction financière Groupe puisse, en un seul clic, avoir une vue précise sur les gains, les coûts de revient, les marges, les résultats mensuels, trimestriels, semestriel, annuel et consolider les chiffres avec plus d’aisance.
  • Ne valait-il pas mieux équiper uniquement l’Amérique du Nord et l’Europe, là où les variations de chiffres d’affaires sont les plus impactantes pour le Groupe ?
  • Le système ERP devait-il être le même pour ces deux marchés aussi colossaux que différents (du fait d’une organisation locale des réseaux de distributeurs, d’une prégnance européenne d’une multitude de langues et systèmes administratifs, …) ?
  • Pourquoi ne pas nous faire la main sur les ZBC où nous avons déjà une fonctionnalité commune (Purchase-to-Pay) sur un ERP commun (Oracle) ?

Dans un premier temps, c’est ce que nous avons fait : nous avons ajouté à Oracle la fonctionnalité Order- to-Cash dans certaines ZBC, là où étaient nos usines. Cette extension nous permettait de gérer l’inventory de la partie manufacturing, de la partie amont jusqu’aux clients.

Puis nous avons déployé Oracle en Europe et en Amérique du Nord, avec un socle commun pour la partie reporting et facturation (les flux physiques ont été verticalisés).

Avec cette stratégie, nous avions mis de côté les agences commerciales. Nous les considérions toujours comme des satellites.

Or il fallait :

  • Leur donner les moyens d’être capable de supporter les ambitions de notre Groupe, d’être connectées à ce dernier.
  • Les aider dans leurs difficultés, automatiser ce qui peut être automatisé pour qu’elles puissent se concentrer sur la croissance, notamment en ZBC, ou sur leur stratégie de défense sur les marchés attaqués.
  • Les aider à capter et fidéliser des talents, en les dotant d’une image moderne a minima équivalente à celles des concurrents.

Découvrez dans notre page "Références clients", l'ensemble de l'interview, qui explique notamment :

Un projet ERP à l'international ?

Partager l'article

Ecrire un commentaire