Articles de blog, Produits

Interview : Les déploiements ERP à l'international - Avis d'expert (3/3)

Pierre-Edouard ROUSSEL08/03/2018
Jean-Marc Garel Advisory Project Manager & Team Lead

Un système d’information (SI) performant est un atout crucial pour une entreprise qui se développe à l'international. L'ERP est aujourd'hui au centre de ce système et va permettre de centraliser, partager, analyser et consolider l'information stratégique d'une société. Aussi, l'analyse des données et la collaboration vont permettre à l’entreprise de gagner en efficacité, d’atteindre le consensus sur l’information de gestion, tout en assurant aux décideurs un contrôle précis de son développement. A travers 3 interviews de nos experts projets ERP internationaux, découvrez les spécificités de ces projets et de leurs déploiements. Troisième volet avec Jean-Marc Garel qui évoque le Core Model, la méthodologie ou encore les rôles et responsabilités dans un projet international.

Bonjour Jean-Marc, pouvez-vous nous présenter en quelques mots l’ADN de COSMO CONSULT ?

COSMO CONSULT est une société internationale puisque le siège social du groupe est en Allemagne, et nous disposons de filiales un peu partout en Europe (Suède, Espagne, France, Autriche, Suisse) et en Amérique du Sud. Le groupe est également représenté via un réseau de plus de 30 partenaires pour accompagner nos clients à travers le monde. Donc, l’ADN de COSMO CONSULT c’est clairement les projets internationaux.

Qui sont vos clients ?

On va déployer Dynamics Nav dans tout le domaine de l’industrie Discrete et Process et dans la distribution. Aujourd’hui, c’est vraiment le cœur de métier : l’industrie et la distribution.

Qu’appelez-vous "Discrete" ?

La production discrète ou Discrete Manufacturing c’est quand on travaille avec des OF (Ordres de Fabrication). Différents composants vont être assemblés et constituer un produit qui va être quantifiable en unités. Par exemple, on fabrique un ordinateur, ça va être du Discrete. L’industrie de process, on va la retrouver dans la pharma / Life Sciences, la plasturgie, la chimie, ou quand on fabrique des peintures par exemple. Ici, on va obtenir un produit fini en associant des matières premières en suivant une formule. Les matières premières utilisées lors de ce processus de fabrication ne sont plus dissociables, à l’inverse d’un produit manufacturé qui peut être décomposé en pièces détachées.

La spécialisation de COSMO CONSULT, c’est véritablement ces secteurs d’activités là ? Pourquoi ?

Oui, une des raisons c’est que COSMO CONSULT a développé des modules complémentaires (adds-on), intégrés à Dynamics Nav et certifiés Microsoft, pour pouvoir répondre à toutes les exigences de l’industrie.

Vous pouvez nous donner des exemples de modules complémentaires qui ont été développés par COSMO CONSULT de façon spécifique et qui viennent se greffer sur Microsoft Dynamics NAV ?

Il y a, par exemple, un module complémentaire qui permet d’optimiser le calcul des coûts de revient. Donc d’avoir une décomposition beaucoup plus fine des coûts de revient que ce que permet Dynamics Nav en standard. Il y a aussi des modules complémentaires qui vont permettre de gérer les formules pour décrire les nomenclatures, décrire les composants que l’on consomme dans une fabrication par exemple. Il y en a plusieurs qui permettent de commercialiser et fabriquer des produits configurés et aussi d’optimiser la planification.

Donc, si je vous suis bien, COSMO CONSULT est plus qu’un intégrateur ?

COSMO CONSULT est intégrateur et aussi éditeur. Puisque nous éditons des modules complémentaires principalement autour du Manufacturing. Ces modules complémentaires seront vendus si le client en a besoin et ils évolueront en même temps que Dynamics NAV. C’est-à-dire que dès que le client va changer de version de NAV, le module évoluera au même rythme que Dynamics NAV évolue en version.

Parlez-nous du rôle « corporate » et de la gouvernance dans la constitution d’une équipe projet à l’international…

Ce qui est important, c’est de constituer une équipe qui va permettre un déploiement sans problème. Cette équipe, il faut bien la calibrer et définir les rôles et responsabilités de chacun. La calibrer, c’est-à-dire qu’il faut qu’il y ait quelqu’un du siège de l’entreprise qui participe au Core Model, le connaît et saura le vendre, en interne, en local. Après, il faut qu’il y ait une équipe locale avec un sponsor local impliqué. Nous, en faisant partie du projet, on va intervenir, on va pousser à la mise en place et à l’utilisation du Core Model. Mais, forcément, on a besoin qu’un responsable du siège de l’entreprise soutiennent la mise en œuvre du Core Model. Cela va faciliter son implémentation.

Donc, le patron de projet issu de la multinationale qui vous missionne, pour vous c’est l’arbitre ?

Effectivement. Lors de la mise en place du Core Model dans les filiales on va intervenir pour l’intégration et on va donc faire le lien entre la Corp. et les utilisateurs finaux. On va pousser les utilisateurs finaux à utiliser le Core Model. Toutefois, on va soulever quelques écarts et ces écarts seront toujours arbitrés par la Corp. qui doit prendre la décision de faire ou non une déviance au Core Model.

Cela arrive souvent qu’il y ait des déviances sur le Core Model ?

Globalement, on a toujours quelques petites localisations. Les localisations sont souvent résolues par le partenaire qui, lui-même, propose une localisation. Généralement, c’est pour la finance ou des particularités pays qui font qu’on doit sortir tel état ou gérer la TVA de telle façon par exemple. Après, quand on déploie des filiales, il y a parfois des métiers qui ne sont pas tout à fait identiques à ce qui a été traité par le Core Model. Dans ce cas, on peut être amené à faire de petites déviances. On va appeler cela plutôt du versioning. Le Core Model va évoluer, va amener des nouveautés et on aura ainsi une nouvelle version du Core Model.

Selon votre expérience, de façon générale, entre le Core Model de base qui a été défini en amont avec les équipes du siège de vos clients et le rendu, le Core Model est réaliste à quelle hauteur ?

Cela va dépendre du client et de la façon dont on aura traité le Core Model. Si l’on prend le cas d’une implémentation dans une entreprise qui n’a qu’un seul métier, qu’il y a des filiales à déployer mais toujours sur le même métier, on va déployer un Core Model proche à 90% / 95% de ce qui a été défini en amont. En revanche, il y a certaines stratégies d’entreprise qui font qu’on construira un Core Model pour un métier et puis, après, on le fera évoluer pour un second métier, puis un troisième métier. Dans ce cas-là, il y a des versioning récurrents qui apparaissent sur les projets. Ce qui fait qu’à l’arrivée, le Core Model ne correspond qu’à 50% environ de ce qu’il était au départ.

Selon vous quelles sont les qualités essentielles pour appartenir à COSMO CONSULT ? Qualités humaines en dehors des aspects purement techniques ?

Déjà, il faut beaucoup d’écoute. Surtout quand on fait du déploiement international. Car le déploiement d’un nouvel ERP va apporter un certain nombre de changements, notamment dans la manière de travailler des collaborateurs, ces derniers se tournent donc rapidement vers nous pour être rassurés sur l’utilisation du nouvel outil. Donc, on peut dire l’écoute en premier. Et puis après, ce sont forcément les compétences, le savoir-faire, le savoir métier et le savoir méthodologique.

Pour la méthodologie, vous vous basez sur de l’Agile ?

Il faut distinguer l’élaboration du Core Model et le déploiement. Et ça va dépendre aussi de l’entreprise. Quand on travaille avec de grands groupes, toute la partie méthodologie de déploiement c’est le groupe qui l’impose et on doit appliquer cette méthodologie, qui est très proche de la méthode Agile, mais estampillée client. Donc, il faut forcément connaître les méthodologies… Et puis après, la communication. Car, dès qu’il y a quelque chose, il faut le remonter à la Direction de projet, il ne faut pas enterrer les choses.  Surtout, quand on est sur des déploiements filiales où on a un délai très court. Donc la moindre déviance, il faut la remonter de suite sous peine de perdre du temps sur le projet.

Merci Jean-Marc.

Jean-Marc Garel | Advisory Project Manager & Team Lead | COSMO CONSULT France

Jean-Marc Garel travaille depuis plus de 20 ans en tant que Directeur de projet et Consultant, principalement sur les problématiques de l’industrie manufacturière dans des contextes internationaux.

Contactez-nous

COSMO CONSULT France
201 rue Carnot - Le Perigares A
94127 Fontenay-sous-Bois Cedex
+33 (0)1 83 01 03 60
E-Mail

Partager l'article

Mots clés

  • Microsoft Dynamics NAV
  • ERP